INUKSHUKS

INUKSHUKS

Dans le tourbillon quotidien, que ce soit à la maison, au travail, dans nos activités ou même nos projets, nous avons tous besoin de repères qui, s’ils sont inexistants, mènent au fouillis, à l’à-peu-près, au tourne en rond et même au dead end.

Bien sûr, chacun est différent et gère la poursuite de sa légende personnelle à sa manière, selon un objectif à atteindre qui lui est propre. Par contre, ces objectifs fixés doivent être réalistes et seront plus facilement atteignables s’ils sont balisés.

Prenons l’exemple du coureur néophyte qui s‘ inscrit à un marathon ou un ultra-trail dès son premier vrai test, sans au préalable avoir fait ses classes sur des 5, 10,21.1 km. Il pourra peut-être réussir à franchir l’arrivée, mais...dans quel état? En marchant? Blessé? Épuisé émotivement et mentalement? En se répétant “ Plus jamais!”?

À l’opposé , le mec abandonnera. Il “cassera”, comme on dit souvent. Pourquoi? Parce qu’il aura voulu sauter des étapes, faire fi des repères, des incontournables qui l’auraient amené à terminer son 42,2 ou son 50 km avec le...sourire du vainqueur.

En fait, brûler des étapes, sans se fixer de repères, mène souvent à des accidents, des blessures physiques, psychologiques, et même des abandons.
Peu importe que l’on parle de sport, de sa vie sentimentale, familiale ou professionnelle, le repère ou l’objectif réaliste prend tout son sens dans son cheminement personnel.

En terminant, je me permets de faire le lien avec l’inukshuk, cette structure qui constitue un repère pour les Inuits en les aidant à identifier les lieux où se trouvent le caribou ou la nourriture de même que la route à suivre vers le prochain village. Pour arriver à survivre ou à atteindre son but, l’Inuit compte sur ces repères qui, s’ils sont absents, peuvent le mettre en sérieux danger et même le conduire à la mort.

Bien sûr, la comparaison peut sembler exagérée; mais toute réalité confondue, pourquoi la présence de nos propres Inukshuks serait- elle différente dans la poursuite de la meilleure version de nous-mêmes?

Le Doyen

Laissez un commentaire