"Écoute ton corps"


Peut-on en faire trop? Oui, je le crois.

En ce qui me concerne, quand je suis un programme d'entraînement, j'ai toujours tendance à y ajouter un petit extra à la fin de chaque séance. Par contre, cela n'a rien à voir avec l'augmentation ' inconsidérée' du nombre de séances par semaine et leurs durées qui s`éternisent.

Humblement, j'avoue que c'est l'expérience et les ' j'ai mal partout' qui m'ont rendu sage. Sur ce point, au quotidien, il faut porter attention à la petite voix qui dit : 'Écoute ton corps'.

En fait, les ' t'as mal où?' nous obligent à prendre des repos plus longs pour récupérer et risquent de nuire à notre progression si on fait la sourde oreille.

Bien sûr, après une dure épreuve ( marathon, ultra-trail) qui nous a demandé de puiser dans nos réserves les plus profondes et durant laquelle notre corps a subi un stress énorme, il va de soi que le repos du guerrier est sa planche de salut.

En plus, aux ' où c'est que t'as mal?' physiques s'ajoutent une recharge psychologique des batteries afin de retrouver notre focus, notre motivation, nous resituer face à nos objectifs et reposer notre état mental.

En somme, l'équilibre de ces éléments combinés nous amène à pratiquer le sport en question en ayant du plaisir, à éviter la corvée et à garder le goût de continuer dans notre passion, car si le 'fun' s'use, vaut mieux passer à autre chose.

 Richard Duquette

@richard_le_doyen


1 comment


  • Pierre Clermont

    La petite voix intérieure, toujours être à l’écoute, ne jamais se surestimer. C’est l’essentiel ! Bonne saison !


Leave a comment