Le département de production SoulPeaks sera en vacances du 22 décembre au 13 Janvier inclusivement . Pour toute commande se rapprochant de ces dates un délai de livraison plus long qu’à l’habitude sera nécessaire

Chacun de nous, à notre façon, nous sommes inspirants


Lorsque JF m'a demandé de vous faire part de mon histoire, j'ai été touchée; mais après, je me disais: ¨Boff … je n'ai rien d'extraordinaire à raconter, pourquoi les gens seraient-ils intéressés à me lire? Vous savez, la vie a toujours été douce avec moi: je n'ai pas vécu de problèmes ou de difficultés majeurs. C'est pourquoi j'avais l'impression que mon histoire n'était pas inspirante.
À force de réfléchir, je me suis rendue compte que nous n'avons pas besoin d'avoir des histoires hors de l'ordinaire pour motiver les gens; que chacun de nous, à notre façon, nous sommes inspirants.Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours eu une certaine aptitude pour les sports. Bien que je n'aie jamais fait partie de l'élite, j'ai toujours su de quoi j'étais capable et mon orgueuil m'a toujours poussée à avancer, à me fixer des objectifs et à prendre les moyens pour les atteindre.
Ainsi, en 2014, je me suis mise à la course à pied. Pourquoi la course? Eh bien! dans le temps, je vous aurais répondu: "par opportunisme". Avec 2 jeunes enfants d'âge préscolaire, un travail qui me demandait 3 heures de voyagement par jour et le train-train quotidien, je trouvais que la course était parfaite. Pas beaucoup d'équipement, pas d'horaire à respecter, c'était idéal pour moi et facile à intégrer à mon horaire de fou. Mais... je me suis fait avoir, car j'ai "pogné" la piqûre.
Avec le temps et le recul, je pense que la course m'a donné encore plus confiance en moi, je suis devenue plus fonceuse.Par exemple, en 2016, nous avons pris la décision de quitter la région de Montréal pour aller vivre en Estrie. Ce n'était pas évident de tout quitter, de changer de ville, de travail, de laisser un cercle d'amis; bref, repartir à zéro. Mais se choisir une qualité de vie, ça n'a pas de prix.
Grâce à la course, j'ai rencontré de merveilleuses personnes dans la ville de Sherbrooke quelque temps après notre déménagement.En fait, moi qui avais toujours couru en solo, j'ai appris à courir en groupe et j'ai adoré ça. Maintenant, j'aime faire mes courses en duo ou en gang.Ce qui est merveilleux avec le fait d'avoir une gang d'amis coureurs, c'est qu'ils vous motivent, vous aident à vous surpasser et vous poussent même à relever des défis.
Cette année a été superbe côté compétition: j'ai participé à plusieurs demi -marathons dont un avec mes amis, en poussant en kartus une amie atteinte de la sclérose en plaque. J'ai même réussi à faire 2 podiums (1re place féminine... youhou!!!!) sur cette distance. Ce n'est pas tout: j`ai également participé à mon premier duathlon olympique, ma première course en trail, je me suis remise au vélo de route et j'ai découvert le vélo de montagne. Pour l'instant, mon compteur est à plus de 2 000 km de vélo et plus de 1 500 km de course et j'ai plein de nouveaux défis en tête comme refaire un duathlon et peut-être même me mettre au triathlon. De plus, j'ai comme objectif de compléter enfin pour premier marathon avant mes 35 ans, car une blessure m'a empêchée de relever ce défi. Finalement, à plus long terme, je rêve de franchir la ligne d`un demi Ironman.
En résumé, pour moi, la philosophie Soulpeaks ne s'applique pas seulement à la course, mais également à toutes les shères de ma vie. Je me répète que rien n'est impossible, qu'il suffit d'y mettre mon coeur, de foncer et, surtout, de ne pas avoir peur de sortir de ma zone de confort.
Voilà. Je termine avec la citation préférée de mon amie Audrey: ¨Si nos rêves ne nous font pas peur, c'est qu'ils ne sont pas assez grands.

Genevieve Fournier

 

 


Leave a comment