Atteindre “le” sommet...

Atteindre “le” sommet...

Entre sportifs et plus précisément entre ultra-trailers,  on parle souvent d’atteindre le sommet, un sommet...mais surtout SON sommet personnel,

celui qui correspondra  à ce que l’on s’est fixé comme objectif: un chrono, un nombre de km, une montagne, un événement bien précis, une médaille...mais surtout une forme physique et mentale qui nous propulsera vers le faîte, le top, le dépassement se soi.

Par contre, au-delà de ces réalités, de toutes ces photos , de tous ces posts, de tous ces témoignages qui  montrent que nous sommes tous des  gagnants et fiers de le montrer à la planète et plus précisément à notre communauté sportive, il y a l’autre versant de cette médaille, de cette performance: la meilleure version de soi.

Cette meilleure version de soi se définit petit à petit,  non pas par des performances statistiques , mais par des joies et des déceptions , des états d’âme, souvent en montagnes russes, des combats intérieurs, des luttes personnelles contre des maux , contre la blessure...contre l’inactivité forcée due à celle-ci. On est alors en manque, on a besoin de notre dose d’adrénaline.

Cette maudite blessure qui te pousse à l’inactivité, qui t’empêche de faire ce qui te passionne, qui te mène  à la déprime, t’amène à creuser au plus profond de toi pour te refaire, reprendre vie, relativiser et revoir ce qui est primordial. Cette satanée blessure te hante 24h/24 et tu en viens presqu’ à maudire ton corps après avoir visité tous les spécialistes qui existent.

Et , comme tu ne veux rien entendre ou comprendre, tu frappes le mur, ton mur. C’est à ce moment que tu te cherches, que tu chemines...que tu te trouves, que tu trouves les outils indispensables que tu dois mettre  dans ton sac à dos et qui te permettent de te redécouvrir. 

Ce passage dans ta  forêt noire te permet de connaître des éléments que tu possédait mais que tu ignorais  et grâce auxquels tu te relèves. Tu n’es plus l’animal blessé. Tu es un battant, tu es un guerrier en quête de soi, de son identité, de la meilleure version de qui il est et de qui il sera dorénavant.

Tu décides, face à toi-même, de foncer. Tu pars à ta conquête  personnelle 

Tu te promets et tu jures que  tu seras plus à l’écoute de ton corps... dans la meilleure version de ce que tu es ou veux être. Carpe Diem !

 

N’hésitez pas à réagir ou à partager, en tout ou en partie,  en indiquant la source:

Richard Duquette, Le Doyen, pour SoulPeaks.

 


Laissez un commentaire